Nº 49. Cocu posthume ou des deux mondes est celui dont la femme fait des enfants dix à douze mois après son décès.

La loi les lui adjuge quoiqu'il n'ait pas pu en être le père, et il se trouve par là cocu des deux mondes ou cocu en cette vie et en l'autre, puisqu'après lui avoir fait porter des cornes en cette vie, on lui en plante encore sur son cercueil.

Cette espèce est opposée avec le cocu en herbe, l'un étant avant, l'autre après le mariage. Ils sont de plein droit appelés à ouvrir et fermer la marche de la procession.

De ce nombre sont aussi compris ceux qui meurent avec un violent amour, et un crainte d'infidélité qui n'attend pas même leur mort pour [se] réaliser.