Nº 65. Cocu prudot ou caméléon est celui qui se fâchera contre le tableau, dira que j'offense les moeurs, un tartufe, boursouflé de formules et sentences, hérissé d'anecdotes édifiantes, niant avec éclat les galanteries connues, rabâchant à tout propos sur les principes, feignant d'y croire pour les accréditer auprès de sa femme et des poursuivants.

Dans ses conversations étudiées, il envisage la société comme si elle croyait aux simagrées morales dont on fait étalage et dont lui-même se moque. Il se persuade et veut persuader que le monde va changer son train de vie pour servir sa jalousie.

Un tel cocu est la caricature du régénérateur (Nº 14) : ceux-ci, du moins, vont au but avec franchise, tandis que le cocu prudot est un hypocrite qui, dans ses philippiques sur l'oubli des principes, ne se croit pas plus lui-même qu'il n'est cru des autres, file doux devant celui qui l'outrage et mérite bien ce qui lui pousse au front.

D'ordinaire un tel cocu est un sagouin qui, avec son fatras de morale, ne manque jamais de courtiser ses servantes et commettre des incongruités auxquelles répugneraient des libertins déclarés.